La Vache Bordelaise

Accueil > les races d’Aquitaine > La Vache Bordelaise > Présentation

Présentation

Troupeau de Vaches Bordelaises - Domaine de Certes 2007 {JPEG}Historique
Originaire de l’ancienne Guyenne et de Gironde, la race Bordelaise s’est répandue dans tout le Sud-ouest, des vallées de la Garonne, de la Dordogne et de l’Isle jusqu’aux Landes et Pyrénées. Grâce à sa rusticité et ses qualités laitières, elle s’est développée aussi bien dans les riches prairies alluviales des fleuves que dans les marais et zones sablonneuses du littoral. Approvisionnant quotidiennement les grandes villes comme Bordeaux en lait frais, crème et beurre, son rôle économique fut considérable au XIXe siècle et jusqu’au milieu du XXe. Les plus grands châteaux du Bordelais, du Médoc et des Graves, possédaient un troupeau de vaches bordelaises pour le lait et la fumure des vignobles.

JPEG - 663.6 ko
vaches Bordelaises dans le landes de Gironde vers 1900 (robes variées, de type byrette). archives du Conservatoire des Races dAquitaine

Morphologie
Les robes des vaches Bordelaises sont pies, les quatre membres, la tête et les muqueuses sont noires. La tête est fine, allongée avec de petites cornes relevées. Le type ancien à taches larges et bande blanche dorsale dénommé « Beyrette » coexiste avec un type sélectionné à robe finement mouchetée dit « Pigaillé ».

JPEG - 245.1 ko
vaches Bordelaises, ferme à Cadaujac(33) vers 1920. archives du Conservatoire des Races dAquitaine
JPEG - 605.3 ko
vaches bordelaises type "pigaillé" (au centre) et type "beyrette" (à droite)

Rustiques, les vaches offrent de grandes facilités de vêlage et de bonnes qualités maternelles.

Population
A partir de 1890, reconnue comme l’une des meilleures laitières de son époque, la race a été diffusée dans toute la France puis a régressé, concurrencée par les races industrielles et exclue de l’insémination artificielle. Considérée comme disparue depuis 1960, quelques vaches Bordelaises furent découvertes entre 1985 et 1990 en Gironde, Landes, Dordogne et Pyrénées Atlantiques permettant de reconstituer la race. 25 ans après son sauvetage elle compte une centaine de vaches et des taureaux bien typés, dont plusieurs disponibles en insémination artificielle.

JPEG - 787.5 ko
Byzance, taureau du Conservatoire prêté aux éleveurs de race Bordelaise pour la monte naturelle.

Le Conservatoire conduit un programme de conservation et de développement de la race pour soutenir les éleveurs de la race. Il a réalisé le prélèvement des semences de 9 taureaux différents qui sont disponibles pour les éleveurs qui souhaitent réaliser des reproductions en race pure sur leur élevage.

JPEG - 688.3 ko
Arcachon (jeune), taureau bordelais disponible pour l’insémination artificielle.
JPEG - 1.2 Mo
Ouragan, taureau disponible en insémination artificelle

Portfolio

  •  (c) Conservatoire des Races d'Aquitaine
  •  (c) Conservatoire des Races d'Aquitaine
  •  (c) Conservatoire des Races d'Aquitaine
  •  (c) Conservatoire des Races d'Aquitaine
  •  (c) Conservatoire des Races d'Aquitaine
  •  (c) Conservatoire des Races d'Aquitaine