Conservatoire des Races d’Aquitaine

Sauvegarde et valorisation des races d’élevage régionales

Accueil > l’écopastoralisme

l'écopastoralisme

JPEG - 445.2 ko

L’éco-pastoralisme est une solution alternative de gestion écologique des milieux par des herbivores. Il consiste à faire pâturer des troupeaux bovins, ovins, caprins ou équins afin d’entretenir les terrains.
Fréquemment pratiqué autrefois et plus souvent dans les zones naturelles et montagneuses, cette technique a été mise de côté au profit de l’entretien mécanique et chimique.
L’éco-pastoralisme fait depuis peu un retour en force, bénéficiant de la prise de conscience générale pour l’environnement et le maintien de la biodiversité. Le but principal de l’éco-pâturage n’est pas la rentabilité économique mais le maintien ou la restauration du milieu tout en limitant les coûts de gestion.
Des troupeaux adaptés aux terrains et à la végétation présente et naturellement résistants aux maladies sont privilégiés. Ce sont le plus souvent des espèces rustiques, issues des races locales, anciennes ou non autochtones. Les animaux doivent notamment être capables de consommer suffisamment de fourrages grossiers disponibles pendant l’hivernage, de profiter des périodes d’abondance du printemps et de tirer parti de pâturages estivaux amoindris et souvent peu accessibles. L’éco-pastoralisme permet donc de promouvoir des races peu utilisées car souvent moins adaptées à l’agriculture actuelle. Une grande diversité d’espèces et de races rustiques, locales et/ou à petit effectif est ainsi remise au gout du jour par l’éco-pastoralisme :
- Des bovins : Nantaise, Bretonne pie noir, Maraichine, Highland Cattle, Belted Galloways, Marine, Betizu, etc.
- Des équins : Konik Polski, Poney Fjord, Baudet du Poitou, Poney landais, Pottok, etc.
- Des ovins et caprins : Mouton d’Ouessant, Lande de Bretagne, Solognot, Mouton landais, Chèvre des Fossés, Chèvre des Pyrénées, Chèvre Poitevine, etc.
On trouve également des espèces plus surprenantes telles que des Lamas, des Alpagas, des Oies ou des Cochons.
Ce mode d’entretien des terres permet le maintien de la biodiversité et la promotion de races peu valorisées, mais il a également un bon nombre d’autres atouts.
L’éco-pastoralisme permet une diminution de l’impact environnemental : réduction des intrants et des déchets, fertilisation naturelle des sols, pas de pollution sonore…etc. Cette technique permet notamment l’entretien des zones difficiles d’accès (zones humides, broussailles, sous-bois, milieu pentu, etc.). L’éco-pâturage a également un impact positif sur les paysages et favorise l’éco-tourisme. Il créé des sites agréables pour les promeneurs et autres usagers, notamment pour les enfants (admiration d’animaux au look atypique, environnement agréable et animé).