Conservatoire des Races d’Aquitaine

Sauvegarde et valorisation des races d’élevage régionales

Accueil > l’écopastoralisme > Sylvopastoralisme dans le massif des Matruques (33)

Sylvopastoralisme dans le massif des Matruques (33)

Site : Massif des Matruques
Surfaces : 800 ha de forêt de pins et landes
Communes : St Aubin de Médoc, Avensan, Salaunes (Gironde)
Animaux : moutons landais (350), chèvres pyrénéennes (40), depuis 2009
Gestionnaire des animaux : Conservatoire des Races d’Aquitaine

JPEG - 127.4 ko

Jusqu’au milieu du 19è siècle on recensait environ 1 million de moutons dans les Landes. Ces troupeaux avaient alors un rôle principal de fertilisation des landes par la production de fumier. Mais ce système agro-pastoral caractérisé par l’autosubsistance a rapidement disparu au profit d’un système sylvicole quasi industriel après la promulgation par Napoléon III de la loi d’assainissement. L’extension du massif forestier landais a alors provoqué la disparition des pâturages landais et dans le même temps, des moutons landais.
Aujourd’hui, le pâturage en forêt pourrait permettre de diversifier la production de bois intensive et de diminuer la mécanisation des travaux forestiers. Cet éco-pâturage permet une gestion alternative plus durable.
Certaines surfaces forestières sont restées communales. Le développement de l’éco pastoralisme sur ces terrains est particulièrement intéressant. Il permettrait notamment de réduire les charges d’entretien qui affectent les budgets des communes.
Le massif des Matruques est une bonne illustration de ce phénomène. Cette forêt d’une superficie de 800 hectares est située sur les communes d’Avensan, Salaunes et St Aubin (Gironde). Le pâturage d’ovins et caprins y est pratiqué depuis 2009 en période estivale. Ce massif présente en particulier des enjeux environnementaux forts du fait de la présence de zones humides et d’habitats reconnus d’intérêt patrimonial par le réseau Natura 2000. Le projet, mené en concertation entre les trois communes par le Conservatoire des races d’Aquitaine depuis 2010. Il a d’abord été limité à un pâturage en période estival avec un troupeau de 250 moutons landais et de 10 chèvres des Pyrénées afin d’évaluer l’impact des animaux et la faisabilité technique d el’opération qui exige une organisation rigoureuse et une réelle technicité. Les animaux sont conduits et gérés par un berger sur un mode extensif avec des déplacements réguliers tout au long de la saison.

L’experience s’évrant concluante et réalisable, le Conservatoire à progressivmeent élargi la période de présence des animaux. A partir de 2012, les animaux ont été stationné à demeure sur le site avec un troupeau comptant à terme 400 animaux dont une quarantiane de chèvres pyrénéennes. en alternance sur la site des Matruques et sur la commuen d’Andernos. Ainsi, de nouvelles observations ont pu être réalisées sur ce troupeau qui séjourne désormais tous l’hiver en forêt. L’utilisation des ressources alimentaires est très différente en hiver, avec par exemple une forte utilisation de l’ajoncs comme complément alimentaire.

JPEG - 8.7 Mo
mouton landais en sous bois de pinnède durant l’hiver
JPEG - 10.6 Mo
Moutons landais en forêt en hiver (période de gel en janvier 2012)
JPEG - 7.3 Mo
les moutons landais consomment les ajoncs en hiver


Le mouton landais est adapté à la ressource fourragère peu généreuse de la lande. Ses rôles en pâturage sont nombreux : production de fumier pour fertiliser les sols, diminution de la biomasse inflammable, augmentation de la biodiversité floristique et favorisation de la présence humaine en sous bois. Les promeneurs peuvent désormais observer le troupeau qui pâture de juin à septembre.
En 2012, en plus du troupeau ovin, c’est un petit troupeau de vaches marines (ou landaises) qui est revenu dans la forêt des Matruques. Ce troupeau comprend 5 à 5 bovins sur une surface de 15 hectares sur la commune d’Avensan.

JPEG - 5.8 Mo
Les Chèvres des Pyrénées participent à l’entretien du sous-bois avec les moutons landais

Portfolio